Grand luxe à l’anglaise : Rolls-Royce Black Badge Ghost

Au cours des six années qui se sont écoulées depuis que la Black Badge est devenue accessible au public, cette famille audacieuse et exclusive de berlines en est venue à symboliser, pour Rolls-Royce, l’apogée d’un nouveau type de produit automobile rare et précieux, amorçant un changement majeur dans l’ensemble de l’industrie du luxe automobile. Par la suite, presque tous les concurrents de la marque ont créé des modèles qui cherchent à capturer l’esprit « Black Badge ». Comme l’a déclaré Torsten Müller-Ötvös, directeur général de Rolls-Royce Motor Cars, la Black Badge Ghost : « (…) a été repensée pour caractériser la nature même de Rolls-Royce : affirmée, dynamique et puissante. C’est la voiture à moteur Black Badge la plus pure de l’histoire de la marque. »

Rolls-Royce a toujours attiré les clients subversifs et rebelles, ceux qui ont construit leur succès en brisant les règles, en prenant des risques et en défiant les conventions. Dans les années 2020, ces nouveaux conquérants se sont tournés vers produits de luxe en y cherchant ce qui avait fait leur succès. Cette nouvelle génération, qui utilise la blockchain plutôt que les banques traditionnelles, et influencent le monde analogique par leur empreinte sur le monde numérique, a créé de nouveaux codes du luxe qui résonnent avec leur sensibilité : plus sombres dans l’esthétique, affirmés dans le caractère et audacieux dans le design.

Le côté obscur de la post-opulence

La marque anglaise a réagi en conséquence, en développant de nouvelles palettes de couleurs, des traitements de surface plus techniques et des expériences de conduite encore plus puissantes. Le résultat fut à la hauteur des espérances de la clientèle de la marque : une Rolls-Royce agile, discrète, hautement connectée et exempte de tout design superflu. La nouvelle Ghost n’est pas seulement la Rolls-Royce la plus avancée technologiquement, mais aussi la plus pure esthétiquement. Le résultat commercial fut d’emblée à la hauteur des espoirs entretenus : en douze mois, ce modèle était devenu l’une des automobiles les plus rapidement vendus de l’histoire de la marque, avec plus de 3 500 commandes dans le monde. Un succès qui s’est confirmé dans la durée : le modèle Black Badge représente aujourd’hui plus de 27 % des commandes de Rolls-Royce dans le monde.

Cette voiture a également lancé une nouvelle tendance visant au minimalisme et la pureté, appelées « Post Opulence » par les designers de Rolls-Royce. Ce mouvement esthétique, caractérisé par des matériaux exceptionnels, mais discrètement mis en valeur, s’est prolongé par un courant qualifié de « Ghost », plus rebelle, en habillant la Black Badge d’une teinte d’un noir d’une profondeur chromatique inégalée. La Black Badge Ghost était née, fruit du désir de clients au caractère exclusif.

Un extérieur « So Ghost »

Chaque client est libre de choisir l’une des 44 000 couleurs proposées par la marque. Il peut également créer sa propre teinte unique sur mesure. Toutefois, dans l’écrasante majorité des cas, le choix se porte sur le noir caractéristique de ce modèle. Il s’agit du noir le plus sombre de toute l’industrie automobile. Pour ce faire, 45 kg de peinture sont pulvérisés et appliqués sur une carrosserie blanche magnifiquement sculptée, chargée électrostatiquement avant d’être séchée au four. La voiture reçoit ensuite deux couches de vernis transparent avant d’être polie à la main par une équipe de quatre artisans. D’une durée de trois à cinq heures, cette opération est totalement inconnue dans tout le reste de l’industrie automobile. Le résultat test à la hauteur des attentes : une finition ultra-brillante caractéristique de la marque, et un noir d’une profondeur jamais vue.

Pour s’accorder avec cette carrosserie spectaculaire, le Bespoke Collective de la marque, composé de designers, d’ingénieurs et d’artisans, a travaillé à la création d’un processus entièrement personnalisable qui permet de magnifier les éléments caractéristiques des Rolls-Royce tels que le Spirit of Ecstasy et la calandre Pantheon. Au lieu de simplement peindre ces composants, un électrolyte chromé spécifique est introduit dans le processus de chromage traditionnel, ce qui assombrit la finition. Son épaisseur finale n’est que d’un micromètre, soit environ un centième de la largeur d’un cheveu humain. Chacun de ces composants est poli avec précision à la main pour obtenir une finition chromée noir miroir avant d’être monté sur la voiture.

Le traitement extérieur se résume à une paire de roues composites Bespoke de 21 pouces. Conçu dans le style maison Black Badge et réservé à la Black Badge Ghost, le corps de chaque roue est composé de 22 couches de fibre de carbone posées sur trois axes, puis repliées sur elles-mêmes au niveau des bords extérieurs de la jante, formant ainsi un total de 44 couches de fibre de carbone pour une plus grande résistance. Un moyeu en aluminium forgé en 3D est collé à la jante à l’aide d’attaches en titane de qualité aérospatiale et terminé par le capuchon de moyeu flottant de la marque, garantissant que le monogramme Double R reste droit à tout moment. Pour célébrer la substance du matériau et l’effet de surface remarquable, une laque légèrement teintée est appliquée afin de protéger la finition tout en permettant aux clients d’observer la complexité technique de la construction unique en fibre de carbone des roues.

À l’intérieur, un univers raffiné de haute technologie

L’habitacle de la Black Badge Ghost a été réalisé à partir de matériaux luxueux. Ils ont été façonnés avec les derniers procédés technologiques du moment pour créer une ambiance unique dans l’habitacle. Dans cet esprit, les artisans de la marque ont créé un tissage complexe, mais subtil qui incorpore un motif de diamants en métal et fibres de carbone.

Plusieurs couches de bois ont été utilisées pour le placage Bolivar noir. Cela forme une base sombre pour les couches de fibres de carbone qui s’y agrègent. Des feuilles tissées à partir de carbone recouvert de résine et de fils métalliques contrastés, disposés en losange, sont appliquées à la main sur les composants dans un alignement parfait, créant un effet tridimensionnel. Pour fixer ce placage extraordinaire, chaque composant est durci pendant une heure sous pression à 100 °C. Il est ensuite sablé pour obtenir un effet de transparence. Viennent enfin six couches de laque, pour finir par un ponçage à la main avant d’être intégré à la voiture.

Les designers de la marque ont choisi de renforcer l’ambiance noire de la Black Badge Ghost en atténuant les éléments brillants. Le cerclage des bouches d’aération du tableau de bord et de l’habitacle arrière est assombri par dépôt physique en phase vapeur, l’une des rares méthodes de coloration du métal qui garantit que les pièces ne se décoloreront pas ou ne se terniront pas avec le temps ou en cas d’utilisation répétée. Les principes de simplicité du concept de « Post-Opulence » ont également été appliqués de manière spectaculaire dans le design de la montre de la Black Badge Ghost : seuls les extrémités des aiguilles et les index de douze, trois, six et neuf heures sont visibles, dans une finition chromée discrète, créant une horloge remarquablement minimaliste. D’autres garde-temps sont disponibles pour répondre aux préférences esthétiques du client.

Le garde-temps est flanqué d’une innovation Bespoke inédite qui a fait ses débuts avec la Ghost : le fascia illuminé, qui affiche le symbole de l’infini (une courbe plane ayant la forme d’un 8, également appelé « lemniscate ») éthéré et lumineux, entouré de plus de 850 étoiles. Situés du côté passager du tableau de bord, la constellation et le motif sont totalement invisibles lorsque les lumières intérieures ne sont pas allumées. Le motif lemniscate est éclairé par 152 leds montées au-dessus et au-dessous du tableau de bord, chacune étant méticuleusement assortie à l’éclairage de l’horloge et du cadran de l’habitacle. Pour garantir un éclairage homogène de la lemniscate, un guide de lumière de 2 mm d’épaisseur est utilisé, avec plus de 90 000 points gravés au laser sur toute la surface. Cela permet non seulement de disperser la lumière de manière homogène, mais aussi de créer un effet de scintillement lorsque l’œil se déplace sur le tableau de bord, faisant écho à l’éclat subtil de la garniture de toit « Shooting Star Starlight ».

Une expérience de conduite inégalée

La Black Badge Ghost n’est pas seulement une affaire d’esthétique. C’est une expérience de conduite forgée autour d’une architecture exclusive de Rolls-Royce, entièrement en aluminium, qui a fait ses débuts avec la Phantom. Cette sous-structure offre non seulement une extraordinaire rigidité de la carrosserie, mais sa flexibilité et son évolutivité ont également permis d’équiper la Ghost d’une transmission intégrale, de quatre roues directrices et du système primé « Planar Suspension ». Pour le Black Badge, ces qualités d’ingénierie inégalées ont été entièrement repensées, y compris l’installation de ressorts pneumatiques plus volumineux pour atténuer le roulis de la carrosserie dans les virages plus prononcés.

La motorisation de la Black Badge Ghost repose sur un V12 Rolls-Royce biturbo de 6,75 litres, sur lequel les ingénieurs de la marque ont réussi à générer 29 chevaux supplémentaires, portant la puissance totale à 600 chevaux. La propulsion a également reçu des traitements personnalisés au niveau de la transmission et de l’accélérateur, afin d’améliorer davantage les réserves de puissance du moteur. La boîte de vitesses ZF à huit rapports et les essieux directeurs avant et arrière travaillent en parfaite symbiose pour un confort et une vivacité de conduite parfaite. Les 900 Nm de couple sont disponibles dès 1 700 tr/min et, une fois en mode « Low » (situé sur le pédalier de sélection des vitesses), l’allure est augmentée de 50 % lorsque l’accélérateur est enfoncé à 90 %, délivrant ainsi une impressionnante réserve de puissance.

Enfin, pour renforcer le sentiment de confiance lors de la conduite, le système de freinage a été raccourci et amélioré afin de s’adapter aux conditions les plus extrêmes.

Certes, tout cela à un prix : à partir de 350 000 euros. L’exceptionnel est à ce prix !

Philippe van Kersden

Rédacteur spécialisé dans le secteur automobile