Château La Coste : une ode aux cinq sens

Niché au cœur d’une Provence chère aux écrivains et aux peintres, le Château La Coste conjugue l’art à tous les temps. Surtout au plus-que-parfait. Ouvert toute l’année, le domaine étonne, enchante, émerveille et garde tous nos sens en éveil. Visite guidée.

Sur le fronton de la bastide de style palladien, une date : 1682, celle de la création du domaine. Un peu plus de trois siècles plus tard, une Irlandaise dénommée Mara McKillen succombe au charme de cette terre du Sud de la France, à ses couleurs, ses parfums et ses saveurs uniques. Son frère Patrick, qui vient régulièrement lui rendre visite, n’est pas insensible non plus à cet environnement propice à la rêverie et à la sérénité. L’histoire retiendra qu’en 2002, Mara découvre la bastide du Château La Coste et que Patrick en devient propriétaire. L’aventure moderne de ce domaine d’exception peut commencer.

Un pari audacieux

Le projet de Patrick McKillen est ambitieux tout en restant teinté d’une ambition respectueuse de l’existant et reposant sur quatre fondamentaux, garants d’un développement harmonieux : capitaliser sur une terre fertile, protéger la nature dans la plus infime démarche entreprise, rester accessible à tous et devenir la vitrine d’un savoir-faire et d’un savoir-vivre. L’homme d’affaires irlandais a réussi son pari. En quelques années, Château La Coste est devenu un rendez-vous incontournable, à quelques kilomètres à peine d’Aix-en-Provence : s’y retrouvent les épicuriens, les amateurs d’art, de bons vins, les gastronomes, les inconditionnels de dame Nature et tous ceux qui élèvent le bien-vivre au rang d’art.

Patrick McKillen est un féru d’art et, dès 2004, organise une visite immersive à laquelle sont conviés quelques-uns de ses amis architectes et artistes. Il leur propose tout simplement d’imaginer leurs œuvres futures ici, au Château La Coste. La greffe prend. Jean Nouvel signe en 2008 la création d’un nouveau chai de vinification, à l’architecture atypique, situé à l’entrée du domaine : deux demi-sphères en acier qui, loin de dénaturer le paysage, lui apporte une modernité aussi esthétique qu’évidente. L’espace permet aux précieux breuvages d’arriver à maturation dans les meilleures conditions possibles. Il faut descendre à dix-sept mètres sous terre pour découvrir la cuverie, avec ses cuves monumentales et ses passerelles d’acier.

Partisan d’une agriculture biodynamique, Paddy, appelé ainsi par tous au domaine, a obtenu pour son Grand Vin Rosé 2022 la labellisation Demeter. Une première et belle récompense pour tous ceux qui travaillent à la production, sur les cent-vingt-cinq hectares du vignoble, de crus de qualité dans les trois couleurs (rosé, rouge et blanc).

Une galerie d’art à ciel ouvert

En moins de dix ans, plus d’une quarantaine d’œuvres sont venues baliser un parcours à travers les vignes, l’oliveraie, la forêt et les collines. Rien de formel, chaque sculpture ou installation a pris place là où son créateur la sentait en phase avec son environnement. Le promeneur découvre, au hasard de son périple, les gigantesques portiques d’acier de Richard Serra, « Small Crinkly », le mobile de Calder, « Drop », la goutte signée Tom Shannon… Cette balade, qui nécessite deux bonnes heures et des chaussures de marche, peut se faire en compagnie d’un guide. Des expositions temporaires sont également organisées dans quatre espaces : la galerie des Anciens Chais, la galerie Bastide, l’auditorium d’Oscar Niemeyer et le pavillon d’exposition de Renzo Piano (voir encadré).

La cuisine dans tous ses états

Le partage prend des formes multiples au Château La Coste. Quel art, mieux que celui de la gastronomie, le symbolise idéalement, partout dans le monde ? Au Village, au centre d’art et à la Villa La Coste, pas moins de cinq rendez-vous gourmands vous proposent des recettes de qualité, mettant toutes en scène des produits locaux, dont certains issus du potager du domaine.

Le café-restaurant Tadao Ando voit le jour dès 2011 au cœur du centre d’art conçu par l’architecte japonais. À l’heure du déjeuner uniquement, on s’y régale de plats gourmands, accompagnés de vins produits sur place.

En 2013, un petit parking se transforme en restaurant, La Terrasse. Attablé sous une tonnelle, chacun profite d’une ambiance typiquement provençale ainsi que des produits du potager voisin préparés sous forme de soupes froides, de tartes maison, de salades…

Qui aurait imaginé une hacienda au cœur du domaine ? C’est pourtant bien ce à quoi ressemble le restaurant Francis Mallmann, du nom du chef argentin invité par Paddy à rejoindre l’aventure en 2017. Décor noir et blanc et spécialités d’Amérique du Sud, tout concourt à rendre cette hacienda chic et conviviale : empanadas de bœuf cuit au feu de bois, carbonada argentin aux légumes de saison… associés aux vins du domaine ou aux cuvées issues du vignoble argentin.

Le dernier-né des restaurants, Vanina, est installé dans la vieille bâtisse entièrement restaurée, située au centre du domaine. Dans un décor minimaliste, les convives se régalent, en intérieur ou en terrasse, de produits d’exception bruts, de pizzas ou tout simplement d’une glace ou d’un sorbet maison.

Nommée meilleure femme chef du monde en 2015 et auréolée de 6 étoiles, Hélène Darroze délivre une partition parfaite au restaurant Villa la Coste. Sa cuisine tout en raffinement fait écho à la décoration du lieu, qui mise sur l’épure du design danois pour aller à l’essentiel. Hélène Darroze s’est entourée de Marco Zempese, son chef corporate, de Thomas Pézeril, chef exécutif et du pâtissier Kirk Whittle pour séduire les papilles de ses hôtes.

Sérénité et ressourcement

Recevoir, oui, mais autrement. À l’hôtel Villa La Coste & Spa, l’hospitalité n’est pas un vain mot. Construite en bordure d’une forêt et des champs de vignes, la bâtisse rappelle les villages provençaux, avec leurs ruelles ombragées, leurs calades et leur charme inimitable et authentique. Ici, pas d’enregistrement à l’arrivée, pas de factures à signer non plus, pas d’horaires à respecter pour prendre son petit-déjeuner… on se croirait dans une maison de famille où l’on séjourne régulièrement et que l’on redécouvre à chaque fois avec bonheur. Les 28 villas-suites sont autant d’invitation à des séjours sous le signe de la tranquillité et de services haut de gamme empreints de convivialité.

Rendez-vous dédié au lâcher-prise et au bien-être, le spa a été dessiné par le designer hongkongais André Fu. L’épure et un choix de matériaux naturels (bois vieilli, pierres…) et de matières elles aussi naturelles (lin entre autres) confèrent au lieu la zénitude indispensable à des soins, à une séance au sauna ou au hammam. Les plus sportifs peuvent profiter d’une salle de sport et de remise en forme entièrement équipée.

Idéal en toutes saisons pour une escapade de quelques heures, pour un week-end ou pour un séjour prolongé, le Château La Coste accueille également des séminaires – il dispose de quatre salles au Village et le Centre d’Art peut être privatisé – ainsi que des événements privés (goûters d’anniversaire, mariages, banquets…).  /

(www.chateau-la-coste.com)